we are_ movie buffs #6

Blog | 9 avril | Partager

Notre sélection de films qui ont révélé des réalisateurs et acteurs

Deux fils – Félix Moati (2018), disponible en VOD sur Canal+ et Univerciné

Premier long-métrage d’un jeune acteur très attachant, Félix Moati, dernièrement croisé dans Le Grand Bain (Gilles Lellouche, 2018) ou Gaspard va au mariage (Antony Cordier, 2018). Joseph et ses deux fils, Joachim et Ivan, formaient une famille très soudée. Mais Ivan, le plus jeune, collégien hors norme en pleine crise mystique, est en colère contre ses deux modèles qu’il voit s’effondrer. Pourtant, ces trois hommes ne cessent de veiller les uns sur les autres et de rechercher, non sans une certaine maladresse, de l’amour. 

Mustang – Deniz Gamze Ergüven (2015)

César du meilleur premier film et du meilleur scénario original, ce manifeste pour la liberté des femmes turques s’inscrit dans un contexte actuel de régression de leurs droits, régression entamée dès lors que s’éloignait l’espoir d’Ankara d’intégrer l’Union Européenne. On découvre le quotidien de cinq jeunes sœurs se défendant avec fougue de l’emprise d’un patriarcat étouffant qui se drape de tradition, de morale et de religion. Un film révélateur qui éveille des émotions fortes, aussi bien, tour à tour, la joie que la peine, l’espoir que la résignation… et une colère saine, dans laquelle les protagonistes comme le spectateur puisent la force de se battre pour l’égalité homme-femme universelle.

Little Miss Sunshine – Jonathan Dayton & Valerie Faris (2009)

Un road movie tragi-comique : une famille se retrouve pendant 3 jours entassée dans un van rouillé pour amener Olive, 7 ans, à un concours de beauté. Les personnages, chacun avec leur fixation sont attachants. Dwayne, son frère veut à tout prix intégrer la Air Force Academy ; Richard, son père, essaye de vendre à qui veut l’écouter son livre de développement personnel ; sa mère Sheryl s’inquiète pour son frère, spécialiste de Proust suicidaire fraîchement sorti de l’hôpital…
Un premier film très réussi !

M – Sara Forestier (2017), disponible sur MyCanal, Universciné

Sara Forestier, on la connaît depuis ses 17 ans, avec L’Esquive d’Abdellatif Kechiche ou encore le César du meilleur espoir féminin. Ses désirs de réalisatrice, elle a mis plus de dix ans à les assouvir. 

M, son premier long-métrage, est personnel et intime. C’est une histoire d’amour entre deux êtres repliés sur eux-mêmes : Lila, jeune fille mutique handicapée par un bégaiement et Mo, garçon animal et charismatique. À mi-chemin entre cinéma naturaliste et fable poétique, ce film est à l’image de sa réalisatrice : sensible et habité. Une vraie réussite, une histoire d’amour «avec un grand A» !

La tête haute – Emmanuelle Bercot (2016), disponible sur Canal+ VOD

César du meilleur jeune espoir Masculin pour Rod Paradot.

Malony, jeune garçon sans père et fils d’une mère droguée se retrouve dès son plus jeune âge livré à lui-même. Sujet à des crises de violences, il est placé dans un centre d’éducation, mais la juge pour enfant, jouée par Catherine Deneuve, croit en lui et persiste à l’aider. Ce film est surtout le moyen de découvrir Rod Parodot, césar du meilleur espoir masculin en 2016, qui nous livre une prestation époustouflante !

Léon – Luc Besson (1996)

Un tueur à gages répondant au nom de Léon prend sous son aile Mathilda, une petite fille de douze ans, seule rescapée du massacre de sa famille. Premier film de Nathalie Portman au côté de Jean Reno et Gary Oldman, à decouvrir ou redécouvrir !

Call me by your name – Luca Guadagnino (2017), disponible sur Canal + en VOD

Étoile montante d’Hollywood, Timothée Chalamet était nommé aux Oscars 2018 dans la catégorie Meilleur Acteur à seulement 22 ans pour le film Call me by your name. L’intrigue se déroule au cœur d’un été torride, dans l’Italie des années 80. Elio, un jeune garçon de 17 ans (Timothée Chalamet), rencontre Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat et vient travailler auprès du père d’Elio. Une romance naît entre les deux hommes, sur fond d’interdit et de jeu séduction… Une sublime éducation sentimentale, sophistiquée et pourtant universelle, hyper sensuelle et littéraire qui colle des frissons et des larmes.

Un frisson dans la nuit – Clint Eastwood (1971), disponible sur Google play film ou YouTube

Premier film réalisé par Eastwood, le cinéaste l’a fait en renonçant à son cachet, pour faire ses preuves. Il l’a fini dans les temps et légèrement en dessous du budget prévu. Le thriller est très hitchcockien: un animateur radio séducteur et frivole est poursuivi par une fan envahissante. Et le résultat tient encore magnifiquement la route.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *