L’urgence de la transformation de l’industrie du sport par Lucien Boyer

Blog | 25 avril | Partager

Président et co-fondateur de la Semaine Mondiale du Sport, Lucien Boyer est à l’origine de la création du Global Sports Forum et est également le co-président du Forum de la transformation numérique et de l’innovation de la Chambre de commerce française de Grande-Bretagne… Découvrez en exclusivité l’interview de cet expert du marketing par notre journaliste préférée Louise Ekland !

« Depuis 30 ans le sport évolue : professionnalisation, croissance, dynamisation. On observe des choses très positives mais aussi un emballement, un rouleau compresseur. Il y a des éléments instables, des failles dangereuses. Cette crise agit comme révélateur mais ces problèmes ne sont pas nouveaux.

Des éléments de transformation indispensables ont été mis en avant à la Global Sports Week. Si la bulle éclate, le sport va perdre de sa crédibilité et sa capacité à grandir. Les dégâts pourraient être définitifs. Le sport est une version de l’entertainment, il doit s’aligner avec les attentes des nouvelles générations.
Le risque est que le sport ne devienne obsolète, ringard ou trop « greedy ». Il ne serait alors plus acceptable alors que les nouvelles générations attendent plus de justice et une sustainabilité sociale et environnementale. L’industrie du sport, ce sont des acteurs du business du sport et de la société qui collaborent et se posent des questions : environnement, égalité, transformation digitale, nouveaux modes de vie, gouvernance. Il y a des leviers d’évolution, des virages à prendre rapidement.

La crise est un accélérateur. C’est l’occasion de commencer à modeler quelque chose de différent. Mais on va d’abord être en mode survie puis en mode relance. Le risque est que la rapidité de la relance ne permette pas de remettre le modèle en question. Si on fait ça, on va décrocher avec les attentes du public. Or le sport a besoin d’un public, de fans, de consommateurs. Parfois les parties prenantes oublient qu’il s’agit d’un élément de la culture populaire. Il faut absolument nourrir la base pour que le reste puisse fonctionner, que les modèles évoluent pour que ce ne soit plus que de la négociation B2B pure mais que l’on réintègre la notion de B2C.

La transformation digitale fait que les gens ont accès au sport de façon beaucoup plus horizontale. Une transformation sur le modèle de l’industrie de la musique devient souhaitable et urgente. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *