Groover ré-invente la manière de promouvoir la musique !

Blog | 27 avril | Partager

Groover est une plateforme qui met en contact les artistes qui veulent promouvoir leur musique et les meilleurs médias, radios et labels en quête de talents émergents. Cette start-up fait partie de la sélection « 100 start-ups où investir en 2019” de Challenges.

Muni d’un simple ordinateur, un artiste peut créer dans sa chambre, seul, un album et le diffuser en quelques clics sur YouTube, Spotify et consorts. Mais pour se faire repérer de l’industrie musicale et gagner en visibilité, le parcours peut se révéler sinueux. C’est de ce constat qu’est né Groover en février 2018.

La plateforme met en contact les artistes qui veulent promouvoir leur musique et des médias, radios et labels en quête de talents émergents. Ses quatre co-fondateurs, deux ESSEC, un Polytechnicien et un Paris-Dauphine, se sont rencontrés à l’université américaine de Berkeley en Californie. Ils sont tous passionnés de musique. 

Le principe de Groover est simple : les artistes peuvent créer gratuitement un compte sur la plateforme pour envoyer des morceaux à l’influenceur de leur choix. Un système de filtres est disponible pour affiner la sélection : genres musicaux, types de médias, types d’opportunités (comme l’intégration des titres à des playlists, par exemple)… 

Groover revendique actuellement 3 000 artistes inscrits — dont 70% d’entre eux sont indépendants — pour 250 influenceurs. Parmi ces derniers, trois grandes catégories se dégagent : les médias (chaînes YouTube, blogs, playlists…), les labels et bookeurs, et enfin les « mentors » (producteurs et managers). 60 000 morceaux ont ainsi été envoyés sur Groover, selon la start-up.

L’artiste paye 2 euros par influenceur pour l’envoi de ses morceaux : 1 euro revient à l’influenceur s’il écrit un retour à l’artiste dans la semaine qui suit la réception des morceaux. Groover prélève ensuite 1 euro de commission pour son propre compte. Si l’influenceur ne donne pas suite, alors l’artiste se voit redistribuer l’argent sous forme de crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *