L’interview exclusive de Frédéric de Vincelles, membre we are_, par Louise Ekland

Blog | 16 juin | Partager

Aperçu avec Frédéric de Vincelles de la situation actuelle du paysage audiovisuel français : du paradoxe des audiences record mais des annonceurs frileux pendant le confinement à la sortie à l’automne de SALTO, la plateforme de M6, TF1 et France TV pour concurrencer Netflix.

Diplômé de Science Po Paris, Frédéric de Vincelles entre dans le groupe RTL en 1999, où il assure le poste de directeur des réseaux de Fun Radio et RTL 2. En 2000, il se tourne vers la télévision et devient le directeur de Fun TV puis, en 2003, directeur général de TF6 et Série Club.
Il est nommé directeur général de W9 en 2006, quelques mois après son lancement sur la TNT. Frédéric de Vincelles entame ensuite une longue aventure au sein de M6 : il devient directeur général adjoint des programmes en 2014, avant d’être chargé des plateformes et du sport l’an dernier (2019).

 « Le confinement a eu un effet majeur sur la télévision, qui a été extrêmement consommée, les gens s’étant retrouvés chez eux. De façon générale, en temps normal, les gens consomment 3h40 de télévision par jour ; là, ils ont consommé 4h40, soit une heure de plus. C’est un record historique pour la télévision.

Tous les genres de programmes ont été plus consommés, notamment les journaux d’information qui ont battu leur record historique. De façon générale, les plus jeunes sont revenus à la télévision, ce qui était un peu moins le cas dans les mois qui précédaient.

Il y a eu un pic d’audience, et en même temps les annonceurs ont un peu déserté les chaînes de TV et les écrans pub parce que les gens ne pouvaient pas consommer.

Quand on est une chaine privée, et c’est le cas du groupe M6 qui vit de la publicité, c’est évidemment un problème : les recettes pub baissent de plus de 60%. Il faut mettre en place des plans d’économie drastiques parce que c’est la responsabilité de l’entreprise de s’adapter pour rester à flot. Il a donc fallu faire des économies, être agile, modifier la programmation, décaler des programmes, etc.

Quand vous êtes dans le service public, vous êtes rémunéré en grande partie par la redevance que chaque français paie. M6 et TF1 touchent 0€ de cette redevance. Les seules recettes que l’on peut obtenir sont celles de la publicité.

[…]

Cette période de confinement a été très intéressante. J’ai pensé que l’offre SVOD exploserait ; la réalité est qu’elle a progressé, mais moins fortement que la télévision. Les gens sont restés fidèles aux chaines d’information historiques.

Ils ont certes consommé des plateformes, mais les chaines de télévision ont vu leur audience progresser de 30%, contre 20% pour les plateformes.

Face à l’essor des plateformes, on s’adapte en devenant acteurs de cet univers, de deux manières différentes et complémentaires. Le premier axe est la plateforme gratuite 6play, sur laquelle rattraper en replay tous les programmes de M6, W9, etc. 6play est très performante : 1 milliard 300 millions de vidéos sont visionnées chaque année, c’est-à-dire plus de 3 millions de vidéos par jour.

La deuxième réponse, c’est une nouvelle plateforme de programmes SVOD payante : SALTO. Il s’agit d’une association de M6, TF1 et France TV, qui a vocation à devenir champion français. La recette du succès des plateformes de SVOD est de diffuser des contenus très diversifiés et récents, inédits. SALTO achète et produits des séries et des émissions inédites, consommables uniquement sur cette plateforme.

C’est une réponse aux plateformes internationales ; mais Netflix s’amortit sur 120 pays, alors que SALTO est un projet franco-français. Sa marque de fabrique est d’offrir beaucoup de produits français et, derrière, des hommes et des femmes qui travaillent à proposer des programmes aux consommateurs en place et lieu d’un algorithme. La recommandation est donc humaine, incarnée.

Des équipes travaillent au quotidien sur SALTO, le projet est entamé depuis plusieurs mois ; la plateforme est actuellement en test et sera lancée à l’automne, idéalement à la rentrée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *