L’interview exclusive d’Olivier Goy, membre we are_, par Louise Ekland

Blog | 23 juillet | Partager

« Je suis autoentrepreneur depuis toujours et membre we are_. J’ai créé 2 structures : le fond de capital investissement 123 Investment Managers et l’entreprise qui m’occupe actuellement, October, qui est une plateforme de prêt aux petites et moyennes entreprises.

Pendant le confinement, nous étions au cœur du dispositif de soutien aux TPE et PME puisque nous leur prêtions de l’argent. En moyenne, une PME en Europe a 27 jours de trésorerie devant elle ; fermer l’activité pendant 3 mois de manière quasi-complète est donc une catastrophe.

Il faut soutenir l’économie. A crise extraordinaire réactions extraordinaires, il y a eu notamment les fameux Prêts Garantis par l’Etat (PGE). October a eu la chance d’être agréée par les différents Etats dans lesquels on opère comme distributeur : France, Italie, Espagne, Pays-Bas ; seule l’Allemagne ne nous a malheureusement pas agréés. Nous pouvons soutenir l’économie dans tous les autres pays.

Cela génère une demande et des attentes fortes de la part des chefs d’entreprise. Les demandes et besoins ont explosé. En l’espace de 3 mois en France, il y a eu autant de crédits accordés aux entreprises que dans toute une année normale.

Alors que tout le monde a dû s’adapter au télétravail, October bénéficiait de l’avantage d’être une entreprise nativement digitale. C’est le digital qui nous a sauvés et qui nous a permis d’être en meilleure position après crise qu’avant crise. Le travail était colossal. Nous sommes 110 personnes sur 5 pays. Comme nous sommes une société de technologie, tout ce que nous avons fait a été pensé pour être à l’échelle : absorber plus de demande de manière brutale, adapter les process… C’est un peu notre ADN. Mais cela a été très intense et stressant parce que les enjeux étaient très forts : contrairement aux projets sur le long cours, on n’avait pas le droit à l’échec.

Aujourd’hui en Europe on a tous passé la première vague, finalement pas si mal, mais on a peur de la deuxième vague économique. Des licenciements vont arriver, pas seulement dans les TPE/PME mais également dans les grands groupes. On a vu chez Airbus et Renault des licenciements historiques. Ce qu’on appréhende, c’est : comment va-t-on résister dans la durée ? On n’est pas sortis de la crise…

J’ai également créé avec ma femme, qui est elle aussi membre we are_, la fondation photo4food. L’objectif est de permettre à des associations, grâce à la vente de photographies d’art, de payer des repas chauds à ceux qui en ont besoin en France. Les membres de we are_ ont la chance d’en avoir d’exposées au restaurant, dans les escaliers, au premier étage dans les espaces lounge. Ils peuvent prolonger l’expérience sur le site Internet fondationphoto4food. Le prix de vente de toutes ces photos paie des repas chauds en France.

Les artistes qui font acte de générosité en donnant leurs œuvres sont eux aussi valorisés : on monte avec eux des projets artistiques. Nous préparons un livre qui mélange les œuvres d’écrivains et de photographes ; et une très grande exposition à Deauville dans le cadre du festival Planche(s) Contact. Les photos de nos photographes seront exposées en 4 x 3 sur la plage et les photos vendues à cette occasion paieront là aussi des repas pour des associations, en l’occurrence normandes.

Il y a une vraie adhésion des artistes, et c’est d’autant plus admirable que la photographie n’est pas un univers facile ; les photographes ne roulent pas sur l’or. Le monde de l’art a été touché de manière très dure avec la crise du covid et n’a pas forcément été aidé comme il le faudrait. Achetez des photos engagées pour chez vous ou vos bureaux plutôt que des photos sortant de bases de données sans âme ! Venez visiter nos expositions, inscrivez-vous au dîner de charité que l’on organise en décembre à l’Académie française, avec des artistes fantastiques dont les œuvres sont mises aux enchères. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *