L’interview de Georges de La Ville-Baugé, membre de we are_, par Louise Ekland

Blog | 12 novembre | Partager

Georges de La Ville-Baugé, fondateur d’OpenBubble nous raconte son parcours, la mission de sa start-up et sa vision de la tech.

_

_

« J’ai 53 ans, 3 enfants qui sont grands maintenant, j’ai fait beaucoup d’informatique dans ma vie, j’ai monté quelques entreprises, je me suis ensuite occupé du digital chez Ipsos et il y a 3 ans j’ai monté OpenBubble.

La mission d’OpenBubble est de rapprocher les gens, d’inviter tous ceux qui ont envie de parler de le faire facilement. Les écrans prennent énormément de place aujourd’hui. Dans le film Adieu les Cons, on voit des gens complètement obsédés par leur téléphone : leur visage est illuminé, pas comme les Saints du Paradis, mais par la lumière de leur téléphone. La mission d’OpenBubble est donc de rétablir un équilibre entre le temps passé sur les écrans et celui passé à parler à la personne à côté de soi. L’ironie est qu’on invite les gens à sortir du téléphone en partant justement du téléphone.

Il y a plusieurs freins qui vont faire qu’on n’a pas envie d’aller vers cette personne qui est juste à côté de nous. Tout d’abord, on ne veut pas la déranger (la vraie raison c’est qu’on ne veut pas prendre le risque d’être rejeté). On fait donc en sorte que ces deux personnes déclarent qu’elles sont au même endroit et disponibles pour interagir.

L’idée d’OpenBubble est venue comme un éclair, une cristallisation. C’était le 13 juillet 2017, j’étais à Hendaye où je faisais du surf tout seul, c’est comme si je m’étais offert une retraite. Au milieu de ce séjour je me suis dit que j’avais trop de temps, que j’aimerais en offrir à des gens mais j’étais incapable de savoir qui voudrait bien discuter avec moi. A Paris en 1960, 6% des logements étaient occupés par des personnes seules, aujourd’hui c’est 50%. La genèse d’OpenBubble est très simple : proposer à tout ceux qui veulent, quand ils veulent de parler à des gens autour d’eux. Le point important est qu’on ne choisit rien de la personne qu’on va rencontrer. On peut se retrouver autour d’un café : généralement ça dure un quart d’heure, mais quand on regarde nos statistiques, les conversations durent entre 45 minutes et une heure et 97% des gens sont satisfaits de leur rencontres.

L’activité d’OpenBubble a été assez impactée par la crise Covid. En effet, on fait en sorte que les gens se rencontrent dans les lieux publics pour des questions de sécurité ; donc quand il y a un machin de 12 microns qui ferme les cafés, ce n’est pas une super bonne nouvelle ! On a donc inventé OpenBubble Online, la suite logique : dans le même esprit de découverte, d’ouverture et de confiance, les gens peuvent se rendre disponible pour se parler en ligne, c’est mieux que rien !

Un autre frein naturel à la rencontre, c’est qu’on ne sait pas forcément de quoi parler. On a donc travaillé avec des psychologues pour trouver des sujets qui semblent assez anodins mais qui permettent çà chacun de raconter ce qui l’amuse. Par exemple, si vous pouviez dîner avec n’importe qui ce soir, qui ce serait et pourquoi ?

Aujourd’hui, on a 5000 utilisateurs, OpenBubble est une entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire labélisée Esus. Notre mission est donc inscrite dans nos statuts et on va répondre à un certain nombre des objectifs de développement durable de l’ONU. Nous avons aussi une partie B2B qui s’adresse aux entreprises, aux universités, aux villes où on va proposer une licence, en plus de l’accompagnement marketing et communication de façon à ce qu’elles-mêmes déploient OpenBubble auprès de leurs employés, étudiants, administrés pour créer des liens au sein de tous ces univers.

Après avoir oeuvré dans la tech pendant quasiment 30 ans, je veux aujourd’hui continuer de l’utiliser comme un outil, ne pas la voir comme un grand gentil ou un grand méchant. Je voudrais utiliser la technologie pour que l’humain retrouve sa liberté.

Lors de la Garden Party de we are_, on a utilisé OpenBubble : un quart des invités ont créé un compte, parmi eux 60% ont joué le jeu et rencontré de nouvelles personnes. J’aime beaucoup we are_, je veux continuer à la fois à en faire partie et à proposer OpenBubble pour que d’autres rencontres se fassent facilement dans un lieu qui s’y prête très bien. we are_ et OpenBubble étaient faits pour se rencontrer ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *